GERDESS-Mauritanie : Aider les économiquement faibles à avoir accès à la justice

GERDESS-Mauritanie : Aider les économiquement faibles à avoir accès à la justiceLe Quotidien de Nouakchott – « Amélioration de l’accès à la justice et sensibilisation des populations déshéritées sur leurs droits et devoirs » est l’intitulé du projet lancé, mardi dernier, à Nouakchott par le groupe d’études et de recherches sur la démocratie et le développement économique et social en Mauritanie (GERDDES).

Ce projet entre dans le cadre du « programme d’appui au renforcement de l’Etat de droit en Mauritanie » financé par l’Union Européenne.

Objectifs du projet du GERDDES : favoriser l’accès à la justice aux populations les plus défavorisées de Nouakchott et Sélibabi, permettre au plus grand nombre de citoyens de connaitre quelques unes des bases fondamentales de leurs droits et devoirs et contribuer à la formation de jeunes mauritaniens par l’acquisition de connaissances en matière de droits et devoirs.

Le projet sera exécuté en collaboration avec des associations qui opèrent sur le terrain autour, entre autres, de thèmes suivants : « la police et le citoyen, quels droits face à l’arrestation, droits fondamentaux du prisonnier et le citoyen face a l’Administration. »

Pour l’exécution de ce projet, GERDDES mettra à profit son expérience portant sur les cliniques juridiques entreprises en 2009 avec l’appui de l’Union Européenne. Ces cliniques juridiques visaient à permettre à une population pauvre et analphabète de trois quartiers de Nouakchott (Sebkha, El Mina et Riyad« d’avoir accès à la justice et de s’informer amplement sur ses droits et devoirs.

Au cours du lancement des activités du projet, Me Diabira Maroufa, Président du GERDDES a indiqué que l’accès à la justice requiert un dialogue avec les autorités.

Il a aussi fait remarquer que cet accès à la justice suppose aussi « l’accès à la fonction judiciaire.» Seulement, dans le contexte mauritanien, ajoute Me Diabira « une seule communauté a le monopole de la distribution de la justice, alors que le système judiciaire doit refléter la diversité… » Le président du GERDDES a enfin noté qu’en plus de la diversité, se pose à la justice mauritanienne, un problème de genre avec la quasi absence des femmes au sein du corps de la magistrature. Copyright cridem